Scarelife

Une diagonale criminelle à travers les States…

9,00 € TTC

En savoir plus

Libéré sur parole après avoir purgé dix ans de pénitencier, Mosley J. Varell coule des jours ternes dans un coin reculé du Montana. Il vivote en écrivant des scénarios de dessins-animés. Gougou le kangourou, c’est lui. Astreint à pondre des histoires à décerveler les mômes, on vient cependant de lui commander le scénario d’un biopic sur le romancier David Goodis. Un matin, il reçoit une lettre postée de Louisiane. Il a reconnu l’écriture, c’est celle de son père qu’il hait depuis toujours. Mais pourquoi Varell décide-t-il de partir le retrouver ? Ayant la phobie de l’avion, il entame une grande diagonale routière. La fatalité, un temps en sommeil, l’entraînera à ponctuer son périple de meurtres comme autant de cailloux blancs que Le Nain, un détective teigneux lancé à ses trousses, saura ramasser…
Max Obione fait le noir, le noir profond, sans rémission ni lueur rédemptrice; dans un roadmovie paroxystique et crépusculaire, il conjugue « no future » à tous les temps de l’imparfait de l’existence.

Scarelife, Horsain, roman noir, poche, 252 pages, 9 €, port gratuit


Existe en version numérique chez SKA en vente sur ce site


Revue de presse
> Scarelife est un roman noir parmi ce qui se fait de mieux. Incontournable pour tous les amateurs du genre ! Marc Meneguz-Bibliotheca (2010)
> Imprégné par l’univers glauque de Goodis,  l’auteur de Scarelife rend  un fin hommage à son confrère de Philadelphie et au cinéma inspiré par le roman noir né dans le sillage d’Hammet et de Chandler. Jean-Paul Ceccaldi-Ile noire (octobre 2012)
Max Obione est un auteur subtil qui aime le noir, démesurément. Patrick Galmel-Polar noir (2010)
> Une construction savante et un style. Du délire en prime pour un réel bonheur de lecture noire. Paul Seudon (2010)
> En amateur du genre mais en pro de l’écriture, Max Obione nous livre ici une belle histoire, un conte, un scénario, une métaphore. Comme David Goodis, « un mélange d’amour fou et de tristesse désespérée et calme à la fois » (Marvin H. Albert) Maguy Nesse-Noir’rôde (2010)
> Pour amateurs de noir absolu, de bourbon et de trompettes écorchées. André Jacques-Québec noir (2010)
> Roman noir aux accents désespérés, Scarelife bénéficie de la souplesse d’écriture de Max Obione qui sait plier avec subtilité son récit à ses exigences de construction et de style, le tout pour servir admirablement les buts poursuivis et les atmosphères réalistes qu’il met en place. Etienne Borgers-Polarnoir (2010)
> Tous les cinglés qu’on s’attend à croiser dans ce genre d’exercice sont au rendez-vous. Un plaisir. Si vous aimez le bon cinéma et les bons bouquins américains, si vous aimez David Goodis, vous aimerez Scarelife. Avec en prime une jolie conclusion en forme de clin d’œil. Jean-Marc Laherrère-Actu du noir (2010)
> Un roman dans l’esprit de ces “black novels”, qui nous rappellent qu’aucun d’entre nous ne sortira vivant de cette curieuse expérience qu’on nomme la vie… Claude Le Nocher-Rayon du polar – Action-suspense (2010)
> Un véritable plaisir de lecture. Paul Maugendre-Les lectures de l'Oncle Paul (2010)

Classé parmi les 5 meilleurs polars francophones en 2010 par l'association 813 Les amis des littératures policières

Coup de cœur des bibliothécaires de la ville de Paris en 2010